LOCA TANGATA

by LOCA TANGATA

/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.

      name your price

     

1.
04:37
2.
04:06
3.
06:03
4.
05:48
5.
6.
03:47

about

Loca is the sweet madness of the traveler at the margins of the norm and off the beaten path.
Tangata is the people or the community in the Maori language.
Loca Tangata is a musical travel diary whose pages were filled from the depths of the antipodes to
the Slovene mountains, from the Iberian Peninsula to the flat Flemish country, from the foothills of
the Balkans to the Melanesian forests.
With rhythm and melody Loca Tangata takes you on a polyglot journey among the wise and the
foolish.

Loca c’est la folie douce du voyageur à la marge des normes et des sentiers battus.
Tangata en langue maori c’est le peuple, la communauté ou simplement les gens.
Loca Tangata est un carnet de voyage musical dont les pages se sont noircies du fin fond
des antipodes aux montagnes slovènes, de la péninsule ibérique au plat pays flamand,
des contreforts des Balkans aux forêts mélanésiennes.
De tours du monde en tours de chant, Loca Tangata vous emmène en balade rythmée et
mélodique parmi les sages et les fous.

credits

released May 31, 2014

All music and lyrics by Jan Sitka

Except (3) lyrics by Jan Sitka and Clémence Avril, (4) composed by Gunnar Ellwanger and Jan Sitka, lyrics by Jan Sitka, Clémence Avril and Max Puchwein, (5) lyrics by Aracely Lozano and Jan Sitka

Jan Sitka – vocals, guitars
Clémence Avril – vocals
Georges Borel – bass, double bass, backing vocals
Julien Boelaert – clarinet, saxophone, backing vocals
Paul Winling – guitars, backing vocals
Johann Hadjadj – violin
Mathieu Hébrard – Percussions
Alexandre Bayle – Drums

tags

license

about

LOCA TANGATA Paris, France

Loca Tangata is a musical travel diary whose pages were filled from the depths of the antipodes to
the Slovene mountains, from the Iberian Peninsula to the flat Flemish country, from the foothills of
the Balkans to the Melanesian forests.
With rhythm and melody Loca Tangata takes you on a polyglot journey among the wise and the
foolish.
... more

contact / help

Contact LOCA TANGATA

Streaming and
Download help

Redeem code

Track Name: He Tangata
Mon coeur et mon âme vagabonde
Quand je quittais mon pays
En ces temps-là je troquais ma montre
Contretemps de mon harmonie
Peut-être mon horloge interne
Me trouvant bien trop endormi
M’offrit le plus beau des réveils
Et le monde au pied de mon lit
Un jour un vieux sage m’a dit
En Te Reo Maori
Que dans la vie le plus important
C’est les gens, les gens et les gens
Dans une cathédrale je vis
Sur du bois de Kaori
Ce poème entêtant
Sur les gens, les gens et les gens

He aha te meanui He tangata
He aha te meanui He tangata
He tangata, He tangata, He tangata

En une seconde j’ai appris,
Quand t’as plus rien t’as tout
compris
Mais quand on te rend ce qu’on t’a pris
Tu te retrouves comme un abruti
J’aime raconter des histoires
L’humilité ce n’est pas mon fort
Je la cherche, mais elle se barre
La trouverai-je au prochain port

He aha te meanui He tangata
He aha te meanui He tangata
He tangata, He tangata, He tangata

A veces me siento gitano
Cuando cambio de país
En mi cabeza todo mezclado
Y sin embargo más feliz
Cuánto tiempo podría hacerlo
Cuál es el punto de viajar
A si mismo conocerse
O solamente cambiar

He aha te meanui He tangata
He aha te meanui He tangata
He tangata, He tangata, He tangata
Track Name: L'invité
Je n’ai pas apporté grand-chose,
je suis presque venu les mains vides
Les soirs où je me sens tout chose,
je fais en sorte que l’on m’invite.
Je vous remercie une fois encore
de me faire une place à votre table
Sans savoir de prime abord
si je suis inconnu ou notable

Pour tous ces endroits où l’on
ne montre pas patte blanche,
Où l’on se sent un peu chez soi,
un peu bizarre, un peu dimanche.
Ces maisons bis,
et ces familles d’accueil,
La graine de vos bois me suivra
jusqu’aux planches de mon cercueil.

Je suis arrivé par hasard,
un peu perdu, mais vous sais gré
De me proposer à boire avant de
connaitre mon pédigrée.
On fait les présentations, mais
rapidement, ça, s’est fait.
Ne jugez pas le nouveau à la
longueur de son cv.

Y en a eu d’autres de ces beaux
parleurs
qui s’inventent une vie là-bas pour
être des héros ailleurs
Y en a eu pleins, arrogants sans pareils
Et qui regardent avec dédains,
vous, les amis de la veille.

On me présente à manger
et puis quelques jolis prénoms
Je suis polis bien éduqué, je n’ai pas
l’habitude de dire non.
Je m’en irai demain matin,
je ne voudrais surtout pas déranger,
Je dis ça tous les soirs en vain
je finirai bien par y arriver.

« Mais pourquoi tu t’en vas ?
Nous on comprend pas bien.
T’es t’y pas bien ici maintenant
qu’on est copains ?
Mais pourquoi tu t’en vas ?
Et il va où ce chemin ?
T’auras pas mieux qu’ici. Va pas
chercher plus loin. »

Apprenez-moi votre langue
et le patois de votre canton
Si de vous il n’y a qu’une
chose à prendre,
c’est les paroles de vos chansons
Car parler sans le savoir c’est dire
beaucoup plus que des mots,
C’est comme regarder et voir,
c’est là d’un tout autre niveau.

Je vois la vie en mode dégustation
Si le monde est un buffet,
je ne paierai pas l’addition.
Je vois la vie en mode dégustation,
Et tout faire, étouffer, finir fou,
toucher le fond.
Track Name: Open Circle
I wanna tell, I wanna dwell,
in another land.
There’s no need of needle nor ego
to feed, I’m so little...
There’s no need of needle nor ego
to feed, I’m infidel...

Tire, je me tire, prends mon sac
et ma tire.
Je ne pense qu’à partir, il n’y a
que ça qui m’attire.

Pas besoin de seringue, ni d’ego
qui me serine.
Ayant tout pour être serein,
même enseveli sous spleen.

Soucieux de me soustraire, à
cette inertie gravitaire,
Je déclare et réitère, si je me
mens que l’on m’enterre.

Comme un cycle mon équilibre
est en mouvement
Et au demeurant, ce va-et-vient
cyclique, tel un boomerang,
boomerang...

Il faut que mes mots disent le
monde, visent le vice et l’immonde
Et fassent disparaître les thèses,
de ceux qui nous disent : « mais
qu’ils se taisent ! »

Entre temps entre la transe
d’un autre temps est cette danse,
un contretemps tribal au sens :
timbres, cymbales, timbales, encens...
Tribulations, fluorescences et qui
trimballent les êtres dans
un trivial tournoiement...
Trois petits tours se noient de glaise,
c’est de la terre, c’est de la braise
dont sont fait les êtres vibrants...
Ainsi fait, fait, fait...

Le brave héros des braséros,
il brasse de l’air et des copeaux.
Et comme la flamme dans le vent
tremble aux yeux des survivants,
Ses bricoles de chair et d’osier,
entretenant le bûcher.
Feux clignotants, vies révoltées…
Trois petits tours, roulez jeunesse !
Et sur le circuit de l’ivresse,
désinhibez l’être vibrant !
Ainsi fait, fait, fait...

L’impressionniste arborifère,
racine carré, veines capillaires,
centrifugeuses et frigidaires.
Et dans ce cirque en conférence,
atomes vitaux de circonstance,
trips, anecdotes aromatiques et
saupoudré d’électro-chic...
Trois petits tours et ritournelles,
spiritueux et rituels, inspirent les
êtres vibrants...
Ainsi fait, fait, fait...

Le funambule désaccordé,
en balancier sur le néant,
et dont tous les doigts en valsant
pincent la corde… Glisse l’archer,
slaloms contre basse et clocher…
Hula hoops et trémolos,
doubles croches et triples saltos...
Trois petits tours, portées, solfèges
et l’équilibre de l’arpège
anime les êtres vibrants...
Ainsi fait fait fait...

Le cortège béquilles, chants, tournées
circonflexes et chamboulées,
Une tripotée précipitée
sur la piste convexe illustrée,
le manège du centre épique
ou le cortex en alambique...
Introspections circonspectes et
trois petits tours de bicyclette
réincarnent le requiem...
Toujours recyclé, rien ne se crée...

I wanna tell, I wanna dwell,
in another land.
There’s no need of needle nor ego
to feed, I’m so little...
There’s no need of needle nor ego
to feed, I’m infid...